Logiciel RE 2020 et indicateurs de la réglementation thermique et environnementale

Réglementation Environnementale 2020La RT 2020 ou plus exactement la RE 2020 (Réglementation Environnementale Bâtiment) est la réglementation qui va succéder à la RT 2012.

Les lignes principales de cette nouvelle réglementation environnementale RE 2020 se déclinent sur trois axes :

  • Objectif 1 : Des bâtiments qui consomment moins et utilisent des énergies moins carbonées
  • Objectif 2 : Ménager une transition progressive vers des constructions bas carbone, misant sur la diversité des modes constructifs et la mixité des matériaux
  • Objectif 3 : Des bâtiments plus agréables en cas de forte chaleur

Dates d’entrée en application

Les logements d’habitation dont les maisons individuelles seront les premiers concernés par la RE 2020 pour tous les permis de construire déposés après le 1er janvier 2022.

dates d'application de la RE2020

Les indicateurs de la RE 2020

Le passage de la RT 2012 à la RE 2020 se traduit par de nouveaux indicateurs de performance dont 6 avec exigence de résultat (contre 3 en RT 2012) :

  • Les Indicateurs énergie :
  • Le Bbio (besoins bioclimatiques, exprimé en points) est un indicateur repris de la RT 2012. Il permet de mesurer la capacité d’un bâti à limiter simultanément les besoins en énergie pour le chauffage, le refroidissement, et l’éclairage artificiel, et ce, indépendamment des systèmes énergétiques et équipements choisis. Le Bbio doit être obligatoirement inférieur à une valeur maximale (Bbiomax) qui dépend des caractéristiques de la construction dont la localisation géographique, la surface etc. La RE2020 doitrenforcer significativement l’exigence en abaissant le Bbiomax de 30% par rapport à la RT 2012 que ce soit pour le résidentiel individuel ou collectif.
  • Le Cep (consommations en énergie primaire, exprimé en kWh/(m².an) est aussi issu de la RT 2012. Pour rappel, il détermine la consommation conventionnelle des bâtiments pour les usages en éclairage artificiel, mobilité interne des occupants, chauffage, ventilation, refroidissement, production d’eau chaude sanitaire et auxiliaires. Le Cep doit obligatoirement être inférieur à une valeur maximale Cepmax qui dépend également des caractéristiques du projet.
  • Le CEPnr est la part non renouvelable des consommations en énergie primaire. Le CEPnr doit être inférieur au CEPnrmax.
  • Les indicateurs carbone :
  • L’indice Ic Composants (Indice carbone composants, exprimé en kg équivalent CO2 /m²) qui comptabilise les émissions liées à la production des composants du bâtiment, leur transport, leur installation, leur utilisation à l’exclusion des besoins en énergie et en eau de la phase d’exploitation du bâtiment (fixée de manière conventionnelle à 50 ans), leur maintenance, leur réparation, leurs remplacements et leur fin de vie. Il remplace l’indice EgesPCE du label E+C-
  • L’indice Ic Energie (Indice carbone Énergie, exprimé en kg équivalent CO2/m²) totalise les émissions associées aux consommations d’énergie primaire du bâtiment durant ses 50 ans de durée vie. Ic Energie ne devra pas dépasser Ic Energie Max, un seuil d’émission maximum modulé en fonction de divers paramètres. Il remplace l’indice Eges Exploitation du label E+C-
  • Le confort d’été
    • L’indicateur DH (Degrés-heures, exprimé en exprimé en °C.h) mesure l’inconfort d’été du bâtiment.
      La RE2020 considère le bâtiment inconfortable lorsque sa température intérieure dépasse le seuil de 28°C le jour et 26°C la nuit. En simulant une année complète, les logiciels RE2020 comptabilisent le nombre d’heures pendant lesquelles ce seuil est dépassé multiplié par le nombre de degrés d’écart au seuil. Cette somme totale doit être inférieure à un DHmax. L’indicateur DH remplace l’indicateur Tic de la RT 2012.

Il existe plusieurs autres indicateurs à calculer (indicateurs dits « pédagogiques ») mais sur lesquels ne figurent pas d’exigences particulières : Ic Bâtiment, StockC etc. L’ensemble des indicateurs sont calculés selon une nouvelle méthode de calcul : la Th-BCE 2020 qui remplace la Th-BCE 2012.

A ces exigences de résultats sont associées la plus part des exigences de moyen déjà connues en RT2012 : règle des 1/6 de surface vitrées par rapport à la surface habitable, perméabilité à l’air, traitements des ponts thermiques etc.

Il faut aussi noter que le calcul de la surface prise en compte change : la nouvelle surface de référence en logement sera la surface habitable (SHAB) et la surface utile pour le reste des usages autres que d’habitation. De fait, cette modification vient renforcer encore davantage les exigences rapportées à la surface des bâtiments.

Les évolutions par rapport à la RT 2012

  • La Srt est abandonnée et remplacée en logements par la SHAB (surface habitable) et en Tertiaire par la Su (surface utile)
  • Les fichiers météorologiques ont été actualisés avec une année classique et une année caniculaire (2 stations météorologiques ont été modifiées en H2b (La Rochelle à Tours) et H3 (Nice à Marignane)
  • La méthode de calcul « énergie » a un peu évolué en résidentiel : baisse de l’ECS ; augmentation du chauffage
  • Les besoins de froid sont systématiquement calculés dans le Bbio
  • Le coefficient d’énergie primaire de l’électricité passe de 2.58 à 2.3
  • Le coefficient de conversion CO2 de l’électricité passe de 210g/kWh à 79g/kWh ;
  • De nouveaux coefficients de modulation
  • Intégration dans le coefficient Cep de nouveaux postes de consommations : parking ; déplacements, éclairage des parties communes
  • Garde-fou pour les protections solaires étendu à l’ensemble des baies (et non plus uniquement celles destinées au sommeil)
  • Valorisation du photovoltaïque uniquement quand la production est concomitante à la consommation (export à zéro).

 De plus, les nouveautés suivantes seront à prendre en compte

  • Méthode d’ACV dynamique pour le calcul carbone ;
  • Obligation de saisie détaillée des équipements (hors lots 8.1, 10 et 11) dans le calcul carbone
  • Obligation de réaliser de vérifier les systèmes de ventilation et ses mesures de ses performances ;
  • Pénalisation des valeurs prises en compte dans le calcul énergétique en cas de mesures de perméabilité à l’air par échantillonnage en logement collectif
  • La possibilité d’appliquer la RE2020 pour des bâtiments existants ;
  • Le calcul de climatisation fictive (même s’il n’y en a pas) avec un fichier météorologique caniculaire pour les bâtiments dont DH >350°C.h ;

L’Analyse de Cycle de Vie (ACV) Dynamique :

Le label E+ C- qui avait préfiguré la RE 2020 incluait un calcul statique c’ACV : La date d’émission des GES n’était pas prise en compte dans le calcul de l’impact sur le changement climatique.

La méthodologie RE2020 du calcul des émissions de gaz à effet de serre repose sur une méthode d’ACV dynamique. Chaque émission de gaz à effet de serre doit être datée afin de lui associer le bon coefficient de pondération.

Ainsi, plus une émission a lieu tôt, plus son impact est important sur le potentiel de réchauffement climatique ; plus elle est tardive, plus son impact est faible.

Pondérations de l'ACV dynamique de la RE 2020

Les conséquences de la RE 2020

  • Renforcement d’environ 30% du Bbiomax : effort important sur les maisons et les immeubles collectifs ;
  • Suppression du gaz en maisons individuelles dès 2022 (sauf exception) ;
  • Suppression du gaz (sauf en mode hybride) en immeubles collectifs à partir de 2025 ;
  • Incitation à recourir à un maximum de produits disposant de FDES (Fiches de Déclaration Environnementale et. Sanitaire) et de PEP (Profils Environnementaux de Produits). En savoir plus sur batiment-energiecarbone.fr.
  • Incitation à recourir de plus en plus à des produits biosourcés ;
  • Obligation à partir de 2031 à construire avec des matériaux à très faible impact environnemental.

 

Une nouvelle version de Comme Un Thermicien prendra en compte le calcul des exigences de la nouvelle réglementation bâtiment lorsqu’elles seront applicables.