Comme Un Thermicien et la RE 2020

Comme Un Thermicien Réglementation Environnementale RE2020 La Réglementation Thermique RT2012 sera remplacée en 2020 par la Réglementation Environnementale RE2020 

Comme Un Thermicien va renouveler pour cette RE 2020 son partenariat avec les Logiciels Perrenoud (U21, THERMACV) pour continuer à réaliser pour les maisons individuelles les calculs et attestations dans le cadre de cette nouvelle Réglementation Thermique et Environnementale.

La réglementation thermique et environnementale RE 2020 permettra d’évaluer et de limiter les émissions de gaz à effet de serre et l’empreinte carbone des bâtiments neufs sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment et d’encourager le stockage du carbone dans les constructions “dans une exigence de lutte contre le changement climatique, de sobriété de la consommation des ressources et de préservation de la qualité de l’air intérieur”.

Un décret fixera les exigences visées et les modalités de calcul pour les nouvelles constructions :

  • en fonction des différentes catégories de bâtiments ;
  • le niveau d’empreinte carbone à respecter ;
  • les exigences en matière de recours aux matériaux renouvelables ou d’incorporation de matériaux issus du recyclage.

Comme à l’époque du label BBC pour la R2012, cette RE 2020 a été anticipée par un label baptisé E+C- permettant de tester la future réglementation et de permettre aux maîtres d’ouvrage volontaires et aux industriels de s’y préparer.

Les retours d’expérience de l’expérimentation E+C- sont utilisés par 4 groupes de concertation qui vont préparer la méthode de calcul RE2020, les seuils minimaux des exigences et les outils d’accompagnement.

Selon le calendrier et les objectifs fixés par la loi ELAN qui a été publiée en en novembre 2018, la méthode d’évaluation sera fixée au printemps 2019, les exigences à l’automne 2019 et les textes réglementaires (décret d’application) au 1er semestre 2020.

Principes d'élaboration de la RE2020

label E+C- Energie positive et réduction carbone

Les seuils définitifs des exigences minimales de la RE2020 seront connus fin 2019, mais il est probable qu’ils soient proches des niveaux ENERGIE 2 et CARBONE 1 du label E+C- (qui correspond à la majorité des bâtiments qui ont été labellisés au cours de l’expérimentation E+C-).

Le label E+C- présente en effet quatre niveaux de performance énergétique (ENERGIE 1 à ENERGIE 4) et deux niveaux de performance environnementale relative aux émissions de gaz à effet de serre (CARBONE 1 et CARBONE 2).

Pour la partie ENERGIE, le label E+C- :

  • Reprend les seuils maxi de la RT2012 en terme de Cep (consommation en énergie primaire) pour les usages réglementaires : chauffage, climatisation, éclairage, eau chaude sanitaire, auxiliaires.
  • Introduit l’indicateur bilan BEPOS (énergie positive) en énergie primaire, tous les usages étant pris en compte (BilanBEPOS ≤ BilanBEPOS max)
  • Ajoute des indicateurs complémentaires :
    • Consommations en énergie primaire non renouvelable
    • Production d’électricité exportée
    • Taux de recours aux énergies renouvelables et de récupération d’énergie
    • Nouvel indicateur de confort d’été DIES (qui va remplacer la Tic)

Pour la partie CARBONE, le label E+C- utilise plusieurs indicateurs (émission de Gaz à Effet de Serre, destruction de la couche d’ozone, acidification, pollution de l’eau et de l’air ...) émis par les contributeurs suivants :

  • le contributeur PCE « Produits de Construction et Equipements » qui prend en compte l’ensemble des composants du bâtiment et de sa parcelle (production des matériaux, phase construction, phase d’utilisation et phase de déconstruction / fin de vie)
  • le contributeur CE « consommations d’énergie » qui couvre tous les usages de l’énergie dans le bâtiment durant sa phase d’utilisation / exploitation
  • le contributeur CRE « consommations et rejets d’eau » qui couvre tous les usages de l’eau à l’échelle du bâtiment et de sa parcelle durant sa phase d’utilisation
  • le contributeur CH « chantier » qui, en phase de construction, couvre les consommations d’énergie et d’eau, les rejets d’eau du chantier, l’évacuation et le traitement des déchets du terrassement.

Tous les indicateurs sont calculés et capitalisés mais les exigences portent uniquement sur les indicateurs Gaz à Effet de Serre.

  • Eges : Indicateur des émissions de Gaz à Effet de Serre sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment
  • EgesPCE : Indicateur des émissions de Gaz à Effet de Serre liés exclusivement aux de produits de construction et des équipements utilisés

Le bilan énergétique BEPOS est défini par la différence, exprimée en énergie primaire, entre la quantité d’énergie consommée par le bâtiment (pour la part qui n’est ni renouvelable, ni de récupération) et la quantité d’énergie renouvelable ou de récupération produite et injectée dans le réseau par la construction et ses espaces attenants.
Ce bilan énergétique porte l’ensemble des usages énergétiques dans le bâtiment : chauffage, climatisation, éclairage, eau chaude sanitaire, auxiliaires, mais aussi les « autres usages » (équipements électriques mobiliers [tels que électroménager, multimédia], ascenseurs, éclairage et ventilation des parkings et parties communes).

Indicateur BEPOS

Comme pour la RT2012, le coefficient de conversion en énergie primaire de l’électricité est de 2,58 ... mais gageons qu’il va faire d’intances tractations pour la RE2020 par les lobbies des fournisseurs d’électricité.

Mais le label E+C- favorise l’autoconsommation d’électricité photovoltaïque en ne valorisant la production par ce coefficient de 2,58 que pour la part autoconsommable et pas celle réinjectée dans le réseau.

Pour ce qui est des consommation des « autres usages », le référentiel énergie carbone donne des valeurs forfaitaires annuelles en attendant des scénarios de consommation qui feront probablement l’objet de la méthode RE2020.

Pour en savoir plus sur la méthode et sur l’utilisation des données telles que les FDES (Fiches de Déclaration Environnementales et Sanitaires) :